Return to site

#Experts: L'interview de Benoit Ganem, président de Val'hor

Café Fleur a eu la chance de pouvoir interviewer à distance Benoit GANEM, le président de Val'hor, l’interprofession française de l'horticulture, de la fleuristerie et du paysage, et promoteur entre autres, de la Fleur Made in France.
Bonne lecture!

Café Fleur  : Bonjour Monsieur Ganem, pourriez-vous nous expliquer en quelques mots ce qu’est Valhor et votre fonction au sein de cette structure ?

Benoît Ganem : VAL’HOR est l’Interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage. Elle représente les 50 000 entreprises de la filière du végétal d’ornement dont les 4 154 horticulteurs et pépiniéristes.

VAL’HOR a notamment pour mission de mettre à la disposition de ces entreprises des labels et outils pour améliorer leur compétitivité et répondre à la demande des consommateurs.

En tant que Président de l’Interprofession VAL’HOR depuis le mois d’octobre 2014, je suis convaincu du bien-fondé des actions collectives en faveur de notre production qui est le socle de l’Interprofession, ses racines.

Café Fleur : Quelle est votre analyse de la situation de la filière de production de fleurs françaises aujourd’hui ? Partout, on entend qu’il n’y a plus de producteurs de fleurs en France, en dépit d’un savoir-faire indéniable. Est-ce une tendance inéluctable, ou y’a-t-il des pistes d’avenir pour permettre de réinstaller des producteurs de fleurs coupées ?

Benoît Ganem : La France est un pays d’agriculture et d’horticulture, où il y a un certain nombre de producteurs de végétaux d’ornement, 4 154 exactement en 2014. Ce nombre diminue effectivement tous les ans, le rythme moyen annuel de disparition d'entreprises étant de 3,9 % entre 2012 et 2014.

Les producteurs sont confrontés à une problématique de régularité et de volume mais également à un problème de logistique. Il faut savoir que quelques producteurs français font transiter leur production par la plateforme logistique mondiale qui se trouve en hollande.

L’initiative « Fleurs de France », engagée par VAL’HOR, a pour objectif de valoriser l’origine et le savoir-faire français en donnant les moyens aux producteurs nationaux de consolider leurs marges. Pour le consommateur, c’est l’assurance de la provenance des végétaux qu’il achète et un soutien aux entreprises française « Pour l’économie et l’emploi en France ».

Café Fleur : Café Fleur est un site qui parle de circuits courts, et production 100% Made In France dans la fleur coupée.  A travers différents témoignages, la question du prix des fleurs françaises semble être le frein le plus important pour continuer à produire et vendre des fleurs en France.

Val’hor vient de publier une étude sur la perception des consommateurs sur un label Made in France dans la Fleur, pensez-vous que les consommateurs peuvent faire changer cela, s’ils s’engagent à choisir des fleurs de saison, et à les payer peut-être un peu plus chères ?

Benoît Ganem : Le consommateur est capable de reconnaître des produits de qualité, le prix n’est pas le premier critère de choix. Si le produit atteste d’un savoir-faire français, bien entendu il est prêt à le payer plus cher. 

Café Fleur: Quels sont les grands messages de cette étude ?

Benoît Ganem  Cette étude révèle :

  • Que majoritairement, les Français pensent que les végétaux qu’ils achètent sont français. Pour 1/3 seulement d’entre eux, les fleurs proviennent d’un autre pays.
  • En connaissance de cause, ¾ des acheteurs privilégieraient des produits d’origine française s’ils avaient le choix.
  • 80% jugent que la mise en place d’un label indiquant l’origine France pour les arbres, les plantes, les fleurs est une « bonne initiative ».
  • 72% voient au moins un avantage à cette initiative. Les plus fréquemment cités sont :
    • La transparence « traçabilité/origine connue »
    • Le soutien aux entreprises françaises « Pour l’économie et l’emploi en France »
    • Le patriotisme « On achète/consomme français »

Café Fleur : Pensez-vous que le label Fleurs de France va permettre de faire évoluer la situation en faveur des producteurs ?

Benoît Ganem : Ce label a effectivement été mis en place pour faire évoluer la situation en faveur des producteurs. 93% des Français interrogés sont d’accord avec l’idée que cette initiative valorisera l’économie horticole française, ce qui est plutôt encourageant.

Café Fleur : La filière horticole française innove, notamment à travers des labels écologiques. Pouvez-vous m’en dire plus sur le label Plante Bleue, ou encore le label développé par Clayrtons, de fleuriste écoresponsable ?

Benoît Ganem : Je peux vous parler du label Plante Bleue car il a également été créé par l’Interprofession VAL’HOR en 2011. Il garantit des pratiques de production respectueuses de l’environnement. 151 entreprises sont aujourd’hui certifiées, ce qui représente plus de 3 600 ha, soit 20% des surfaces de production. Les producteurs certifiées « Plante Bleue » respectent un cahier des charges précis visant à limiter les impacts environnementaux de leur activité : moins d’eau, moins de pesticides, moins d’engrais, moins d’énergie, plus de recyclage et plus d’engagement social et sociétal. Une carte interactive sur le site www.plantebleue.fr permet de localiser les producteurs certifiés.

Café Fleur: Connaissez-vous des producteurs de fleurs coupées biologiques ?

Benoît Ganem :Je ne connais pas de floriculteurs AB mais 5 floriculteurs certifiés Plante Bleue qui produisent de façon éco-responsable.  

Café Fleur: Pensez-vous qu’il puisse y avoir un développement de ce type d’agriculture (très développé en maraîchage et fruit) dans la fleur coupée ?

Benoît Ganem :Ce n’est pas une demande consommateur pour le moment dans la mesure où le produit est non alimentaire.

Café Fleur : Aujourd’hui, si un citoyen, à son échelle, veut encourager la filière horticole française, que peut-il faire ?

Benoît Ganem : Oui, en achetant, des fleurs, des plantes et des arbres labellisés « Fleurs de France » c’est une manière d’encourager la filière horticole française !

Un très grand merci !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly